AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum ouvert depuis le 28.12.2016. Bienvenue à Raccoon City.
Important : Merci de privilégier les personnages prédéfinis. Nous recherchons des Civils, des agents d'Umbrella Corporation et des membres des STARS.

Partagez | 
 

 There are days when... • Ft. Joshua A. Lawrence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Claire Redfield
Redfield Family • Just get Smile

avatar

Messages : 16

[INFO BOX]
langue(s): Anglais [US]
inventaire:
spécialisation: Aucune

MessageSujet: There are days when... • Ft. Joshua A. Lawrence   Lun 20 Mar - 15:41

There are days when...
Featuring Joshua A. Lawrence
Claire était arrivée il y avait à peine quelques heures... Plusieurs heures... En fait elle était arrivé à Raccoon City la veille, durant la nuit, et avait du dormir dans un petit hôtel... Pas trop cher du à ces faibles économies. Il faut dire que les étudiantes en université ne roulait pas forcément sur l'or. Du moins pour certains. Elle était censée réviser tout l'été, mais visiblement quelque chose l'en empêchait, ou plutôt quelqu'un... La jeune Redfield n'avait plus de nouvelles de son frères depuis quelques temps et cela l'inquiétait tout de même beaucoup. Lui qui avait l'habitude de s'inquiété pour elle à chaque fois, qui la protégeait et faisait tout ce qu'il pouvait pour qu'elle ait une vie agréable, on dirait bien que c'était au tour de la petite soeur de se faire du souci pour l'aîné de la famille. Ou est-ce que cet idiot se planquait, bon sang ?

La jeune femme a la chevelure rousse finit par soupirer, alors que sa faisait plusieurs heures qu'elle parcourait la ville... Ne sachant absolument pas ou aller, elle avait finit par avoir une petite carte de la ville... Reçu dans un agence de tourisme... Il y avait plus qu'à espérer qu'elle ne se perde pas en vie... Il manquerait plus que ça tient. Comment retrouverait-elle l’hôtel ? Et sa moto ? Oui parce qu'elle ne l'avait pas prise, autant parcourir la ville à pied. Elle aurait peut-être la chance de tomber sur son frère, non ? Qui sait ? L'espoir fait vivre, dit-on.  

Redfield finira par arrivée... sans réellement trop savoir comment, devant le centre commercial de la ville et l'observera un petit moment, avant de soupirer légèrement. C'est que ce n'était pas vraiment là qu'elle voulait se rendre à la base... Claire avait du se trompée quelque part... Puis elle finit par se dire que jeter un oeil ne pourrait pas lui faire de mal. Après tout, avec un peu de chance, elle pourrait revenir dès qu'elle aurait mit la main sur son frère, et sur sa carte de crédit et... aurait droit à une journée de shopping ?! Ce ne serait pas si mal quand on savait à quel point son porte-feuille n'était pas bien remplit. Et c'est un sourire aux lèvres que la rouquine finit par entrée à l'intérieur du bâtiment, regardant un peu autour d'elle, s'arrêtant par moment devant quelques vitrines et...bavait intérieurement face à tellement de jolies choses à se mettre. Trop de belles choses... Et des moches aussi tient.

Enfin, la plupart de ces vêtements n'étaient pas vraiment de son style, alors elle passait sa route, sans trop se poser de questions, avant d'observer un peu autour d'elle. Se questionnant sur le fait que peut-être elle croiserait son frère ici... Qui sait ? Moui, elle avait l'impression que ce n'était pas aujourd'hui qu'elle finirait par mettre la main sur son frère. Claire continua de marcher , entre les passants, s'excusant quand elle en bousculant sans le vouloir, avant de finir dans un coin et de sortir son briquet de sa poche, jouant machinalement avec, alors qu'elle regarda autour d'elle, sans se rendre compte qu'un adolescent, d'à peine seize ans, peut-être, s'approcha rapidement de la jeune femme, sur sa droite et finit par lui prendre son briquet des mains avant de se mettre à courir... Il fallut quelques secondes pour Claire de se rendre compte de ce qui venait de se passer, et de poser le regard sur le gosse, avant de le poursuivre.

« Hey ! HEY ! Rend moi ça ! Voleur! »

Ce n'était pas vraiment le moment d'ennuyer Claire en lui volant son précieux briquet, surtout qu'elle y tenait. Il avait une valeur sentimentale ! La jeune rouquine se mit à courir aussi vite qu'elle le pouvait, suivant ce gamin, en lui gueulant de s'arrêter... Ce qu'il ne fit pas, bien entendu... Certains se retournèrent en entendant la jeune femme crier que le mioche était un voleur, qu'il fallait l'arrêter... mais non... Ils se bougèrent. Bande d'idiots !


Here for a reason »
So don't give up Don't lay down Just hold on Don't quite now Every breath that you take has meaning You are Here for a reason

Claire parle en steelblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joshua Lawrence

avatar

Messages : 79

[INFO BOX]
langue(s): Anglais [US] ; Espagnol ; Français.
inventaire:
spécialisation: Aucune

MessageSujet: Re: There are days when... • Ft. Joshua A. Lawrence   Jeu 23 Mar - 21:38

♪ « Ain't no Grave 
Ft. Claire Redfield
Un long baillement. Je commençais à en avoir marre, et en plus j’avais réussi à me faire une crampe en restant immobile. C’est donc ça ce qui se passe quand on se rapproche des 30 ans ? Je préférais ne pas penser à ce que mon père devait subir. En fait je préférais m’abstenir sur le sujet, parce que lui il a continué l’armée et il s’est forgé pendant des années. Même à 70 balais il serait capable de me disloquer une épaule à l’aide d’une simple cuillère de merde. Je me massais machinalement les épaules, mon corps se plaignait de ma posture inconfortable. Je respirais doucement, en sentant mon souffle remplir ma poitrine et s’échapper par mes narines. L’inspiration était vigoureuse tandis que l’expiration, faible.

La première était pleine de vie tandis que la seconde semblait liée à la lassitude. La forte inspiration venait toujours satisfaire le corps en proie à la fatigue. Ma tenue d’agent de sécurité commençait vraiment à m’obliger à adopter une posture inconfortable. Regardant ma montre, je me suis aperçus que c’était la fin de mon service. Terminer plus tôt que d’habitude était rare, mais quand la hiérarchie me proposait ce genre de journée je ne me voyais pas refuser. C’est cool, je vais pouvoir faire du tatouage le reste de la journée. M’étirant au mieux, un long sourire venait d’éclore le long de mes lèvres. Je fis demi-tour, quittant mon poste pour me rendre au vestiaire afin de me changer et récupérer ce style qui m’appartenait. Moi dans un costume, c’était vraiment, mais vraiment le monde à l’envers…

Je marchais tranquillement, admirant la politesse d’un sombre connard qui venait de me bousculer. Nul ne servait de perdre son sang-froid, je n’avais pas non plus envie de perdre l’activité qui faisait office de gagne-pain. Poussant un bref soupire, je me suis vite éclipsé de la foule pour rentrer dans les vestiaires. Serrant la main de mon successeur, je lui souhaitais bonne chance et il me délivra un sourire hypocrite. Comme si j’avais un quelconque intérêt pour lui, je ne demande pas à être le roi de son échiquier mais de là à être aussi familier, ça cache forcément quelque chose. Et puis je n’ai pas besoin de sa gueule pour vivre, après je suis sans doute un peu trop sur la défensive à l’intérieur de moi. Pourtant je suis le mec le plus sociable de la Terre. Mais je ne sais pas, sûrement le fait que je sois cynique et que je remarque lorsque quelqu’un en fait à mon égard ou à l’égard d’une autre personne ?

Je me prend bien trop la tête. Je retrouvais alors à ouvrir mon casier, récupérant mes différents vêtement. Retrouvant ma veste en jeans et le saint bonnet que je ne mis pas directement. Refermant le casier à clé, je me suis dirigé vers la sortie pour enfin réapparaitre au milieu de ce brassage de population qu’était la foule. Je marchais tranquillement, remettant mon bonnet pour compléter mon identité de jeune adulte. Et mon attention fut accordée à un cri, ou plutôt une personne qui criait après une autre. La foule s’écartait au long. Je plissais légèrement les yeux pour accentuer ma vision et en effet. Une jeune femme semblait en avoir après un gamin de bas étages. Poussant un bref soupire, mon cou se craqua sous la pression que je lui infligeais avec ma main. Je continuais d’avancer comme si de rien était, comme si je me désolidarisais du problème.

Et quand le môme était sur le point d’être à ma portée voilà que je me suis mis sur son chemin. Mon bras bloquant son passage, ce stupide gosse ne s’était pas arrêté. Il a dû avoir la respiration coupée mais ça, c’était cherché. Lui attrapant la main je récupérais ce qui s’y nichait pour ensuite constater qu’il venait de prendre la fuite aussi vite qu’il venait d’arriver. Prenant une grande respiration, j’ouvrai ma main pour regarder ce qu’elle renfermait. Un briquet, j’espère qu’il a vraiment une valeur symbolique parce que pour qu’un gosse vole ça il fallait être vraiment être désespéré. Remarque, je ne répond de rien si quelqu’un a les couilles de me voler mon bonnet. Redressant la tête, mon regard croisa celui de la jeune femme qui avait commencé la course poursuite. Très mignonne, on en voit peu des femmes aussi belles et charismatiques à Raccoon City.



« J’suis content, j’aurai fait ma bonne action de la journée. Je me sens un peu chevalier servant, celui qui rendit le saint briquet à la princesse ! »






Dernière édition par Joshua Lawrence le Lun 17 Avr - 17:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire Redfield
Redfield Family • Just get Smile

avatar

Messages : 16

[INFO BOX]
langue(s): Anglais [US]
inventaire:
spécialisation: Aucune

MessageSujet: Re: There are days when... • Ft. Joshua A. Lawrence   Ven 24 Mar - 11:39

There are days when...
Featuring Joshua A. Lawrence
Claire ne s'était pas du tout attendu à devoir courir après un adolescent dans un centre commercial... Non... Elle aurait plutôt espérer croisé son frère et de passer la journée avec lui et surtout l'interroger comme un bon flic sur les raisons du peu de nouvelles qu'il avait fournit. Mais visiblement, ce n'était pas aujourd'hui que ce genre de choses risquait d'arrivé et elle n'avait aucune idée de combien de temps tout cela prendrait. La rouquine ne pouvait qu'espérée que son frère allait bien. La pauvre fille ne savait strictement rien de ce qu'il se passait dans cette ville et pour l'instant, au premier coup d'oeil, ça avait l'air plutôt calme, contrairement d'ou elle venait et ou elle allait à l'université.

La jeune Redfield ne cessait de poursuivre le voleur, alors qu'elle arrivait pas à comprendre pourquoi tout le monde s'écartait plutôt que d'essayer d'arrêter ce gamin. Il avait quel âge ? Il avait l'air d'un adolescent et Claire ne comprenait pas pourquoi il avait eut la bonne idée de voler. A quoi ça lui servirait à part avoir des ennuies ?! La jeune femme pensait réellement qu'elle allait devoir lui courir après pendant un bon moment, jusqu'à ce que la course de l'adolescent finisse arrêter par un homme... Bien plus grand qu'elle d'ailleurs, à côté, Claire se trouvait tellement ridicule. La rouquine ralentie aussitôt sa course, alors qu'elle prit le temps de reprendre sa respiration, courir comme ça après un gamin, ce n'était pas de tout repos et il fallait bien qu'elle avoue une chose : Claire avait stressée de la possible perte de son briquet.

Son regard passera du géant, au gamin... Qui avait prit aussitôt la fuite, alors que son briquet fut récupéré, visiblement, par le sauveur du jour. Un léger soupire s'échappera de ces lèvres, elle qui aurait bien voulu savoir pourquoi cet adolescent faisait n'importe quoi... Peut-être qu'elle finirait par le croisé à nouveau un de ces jours ? Qui sait ? Ces pupilles bleus se posèrent sur l'homme avant qu'elle finisse par s'approcher doucement, affichant un sourire sur son visage, amusé par les mots qu'il venait de prononcer, alors qu'elle tendit la main devant elle, bien décidée à récupérer son briquet.

« Est-ce que le chevalier peut rendre le briquet à la princesse, maintenant? »

La jeune femme ne pouvait s'empêcher de rire légèrement, elle trouvait amusant la situation malgré le petit vole de son précieux briquet et ce type avait l'air... plutôt sympathique. Claire se rappelait quand même de ce qu'on lui avait toujours dit, se méfier des gens, certains ne son pas digne de confiance. Elle avait toujours fait ce qu'elle voulait et voyait le bon en chaque personnes. Le regard de la jeune femme se posera sur le briquet, avant de remonter les yeux vers cette homme. Il avait réellement l'air plus grand qu'elle. Elle avait tellement l'impression d'être minuscule, ça lui faisait la même chose face à son frère.

« Merci... Si je l'avais perdu, je ne sais pas ce que je serais devenue. Je m'appelle Claire Redfield, enchantée, Monsieur...? »

Son si précieux briquet, il était un objet relativement petit, mais il avait une grande valeur sentimentale, il était hors de question qu'elle finisse par le perdre. Claire pouvait remercier le ciel - ou autre chose- qu'on avait finit par mettre cet homme sur sa route. Sans lui, elle aurait peut-être perdu son précieux briquet à tout jamais.


Here for a reason »
So don't give up Don't lay down Just hold on Don't quite now Every breath that you take has meaning You are Here for a reason

Claire parle en steelblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joshua Lawrence

avatar

Messages : 79

[INFO BOX]
langue(s): Anglais [US] ; Espagnol ; Français.
inventaire:
spécialisation: Aucune

MessageSujet: Re: There are days when... • Ft. Joshua A. Lawrence   Sam 1 Avr - 22:20

♪ « Ain't no Grave 
Ft. Claire Redfield
Je crois que j’en faisais juste un petit peu trop avec mes métaphores. J’aimais l’exagération de toute façon, c’est ancré dans mon code génétique. Je sais qu’auprès de certaines personnes je peux passer pour le gros lourd de service tandis que pour d’autres là… ça sera une autre affaire, je peux avoir le meilleur second degrés du monde; Je me souviens encore de mes collègues qui me demandaient de la boucler parce que je l’ouvrais trop.

Rien que d’y penser, c’est un sourire gratuit qui vient innocemment s’installer sur le coin de mes lèvres. Ou alors mes débuts à l’armée alors que j’étais déjà armé d’un cynisme cinglant. C’est d’ailleurs cette partie de ma personnalité qui m’a permis d’être ce que je suis aujourd’hui. C’est aussi à l’origine de cette confiance que j’ai nourri, forgé, au fil des années pour me construire psychologiquement. Peu importe la personne qui se trouvait devant moi, qu’elle soit imposante ou non, je ne me laissais pas rabaisser.

Sous le carcan d’une certaine fierté à vrai dire, je ne me faisais jamais prier pour rabaisser avec verve et ironie la personne afin e la déstabiliser et frapper ensuite là où ça fait mal. Je n’avais ni de clémence ni de pitié pour ceux qui me manquaient de respect, à moi ou à d’autres personnes de mon entourage plus vulgairement. Et là j’étais en plein pseudo-narcissisme totalement assumé. J’avais clairement conscience du fait que je n’avais pas la carrure d’un chevalier mais vieillir la situation par une image chevaleresque.

Une situation presque héroïque ça avait le don de me purifier ? Non, plutôt de détendre la personne qui semblait vraiment tenir à ce briquet. Briquet que je ne tardais pas à lui remettre tant elle me rappela que je l’avais encore au creux de ma main. Sursautant en réalisant que c’était le cas, je lui adressais un sourire plus ou moins gêné avant de le lui rendre. Réajustant aussitôt ma veste en jeans, la regardant dans les yeux alors qu’elle s’adressa à nouveau à moi. Chouette, la communication est établie !

« Et bien, votre avenir ne dépendrai pas non plus d’un briquet ! Si ? Je plaisante, j’suis mauvais. »

Exagérer dés le début, c’était une bonne idée ? Pourquoi pas ? Après si je la fais fuir je vais être un tant soit peu dégoûté mais je me consolerai comme je peux. Alors elle se prénommait Claire Redfield, cela ne me disait rien après je ne suis personne pour connaître tout le monde à Raccoon City. Je me considérais encore comme un nouvel arrivant dans cette ville. Une main plongeant dans ma poche l’autre gesticulant par réflexe afin d’appuyer mes propos.



« Joshua Lawrence, Josh, Joshy, comme tu le sens du moment que c’est pas trop humiliant d’accord ? Cela ne te dérange pas d’ailleurs que l’on se tutoie ? Ça créer moins de distance et c’est moins… glacial. »






Dernière édition par Joshua Lawrence le Lun 17 Avr - 17:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire Redfield
Redfield Family • Just get Smile

avatar

Messages : 16

[INFO BOX]
langue(s): Anglais [US]
inventaire:
spécialisation: Aucune

MessageSujet: Re: There are days when... • Ft. Joshua A. Lawrence   Mar 11 Avr - 16:13

There are days when...
Featuring Joshua A. Lawrence
La jeune femme a la chevelure auburn ne put s'empêcher d'esquisser un mince sourire sur son visage face aux paroles du géant – il est plus grand qu'elle autant lui donner un surnom huhu-, avant de finir par croiser les bras sous sa poitrine, penchant la tête légèrement sur le côté, faisant mine d'être contrarié. Faussement contrarié. Mais c'est qu'elle faisait ça bien en plus, la vilaine. Rha cette jeunesse.

« Elle a une valeur sentimentale, c'est un cadeau de mon frère! »

Claire se mit à rire doucement, il est vrai qu'elle ne boudait pas, et n'était absolument pas contrariée, bien au contraire même. De toute façon, il y avait aucune raison. Ce briquet était juste très important pour elle et pour rien au monde elle voudrait le perdre. On l'avait bien comprit n'est ce pas ? Redfield esquissa un mince sourire sur son visage, avant de pencher la tête légèrement sur le côté, faisant mine de réfléchir. Josh ? Joshy ? Elle aurait plutôt pensé à l'appeler « le géant » juste parce qu'il était plus grand qu'elle. Pourquoi était-elle si petite, bon sang ?  

La jeune femme sourit doucement, ce garçon avait l'air si sympathique, et il avait un humour bien à lui, s'était plutôt amusant, il y avait aucun doute la dessus. Claire sourit de plus belle, alors qu'elle finit par ranger son briquet dans sa poche, autant éviter qu'un idiot vienne à essayer de le lui voler de nouveau. Se serait le comble, n'est-ce pas ?

« Ravie de te rencontré, Josh'. T'en fais pas, je préfère aussi qu'on se tutoie. C'est plus... Sympa' »

La demoiselle a la chevelure rousse sourit doucement, alors qu'elle regarda un peu autour d'elle. C'était quand même dommage que ce gamin était partie comme un voleur, Claire aurait bien voulu savoir pourquoi cet idiot se mettait à voler comme ça. Peut-être qu'elle aurait put chercher à l'aider, qui sait ? Si on la connaissait un peu, on était pas vraiment étonnée quand elle faisait cela. La jeune femme reportera son attention sur le géant, il avait l'air d'être ici depuis un moment, non ? Qu'est-ce qu'elle pouvait savoir ?

« Dis, Josh', tu saurais pas de quel côté est le commissariat de police ? En fait, je viens d'arrivée en ville et je cherche, Chris, mon frère. Et vu qu'il fait partie des STARS... Et que je me suis un peu... bon, beaucoup, perdue, je me disais que se serait peut-être mieux d'aller là-bas. »

Et si, cette idiote, avait pas préférée faire un tour dans le centre commercial... peut-être qu'elle y serait depuis longtemps aussi. Mais, il y avait des choses tellement jolie ici, comment aurait-elle put faire autrement ? Non pas qu'elle portait une grande importance aux vêtements, Claire avait un style bien à elle, mais peut-être que si elle trouvait quelques trucs qui lui irait, qu'elle remettrait la main sur son frère... Optionnellement sur sa carte de crédit aussi...


Here for a reason »
So don't give up Don't lay down Just hold on Don't quite now Every breath that you take has meaning You are Here for a reason

Claire parle en steelblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joshua Lawrence

avatar

Messages : 79

[INFO BOX]
langue(s): Anglais [US] ; Espagnol ; Français.
inventaire:
spécialisation: Aucune

MessageSujet: Re: There are days when... • Ft. Joshua A. Lawrence   Mar 11 Avr - 19:29

♪ « Ain't no Grave 
Ft. Claire Redfield
Bien entendu je connaissais les valeurs d'un objet symbolique. Quelque chose qui représentait un état d'âme, une mentalité, une morale, une personne, un sourire, un souvenir. Il était important de conserver ce genre d'entité à travers quelque chose pour se rappeler qu'on a un objectif à réaliser. Voilà c'est ça, dans le cas le plus récurent c'était cela. Je n'avais pas la chance de concentrer un but dans un objet, je ne voyais pas ce que je pouvais faire de toute façon. Le jour viendra je trouverai forcément un réceptacle à un but. Pour l'heure je ne m'en faisais pas tant que ça.

J'hochai simplement de la tête, comprenant totalement son point de vue sur le dit briquet qui rejoignis sa poche. Alors cette Claire semblait être totalement encline à ce que l'on adopte le tutoiement. En plus elle avait l'air d'avoir adopté le second degré. Cela m'assurait au moins une bonne atmosphère en termes de communication. Je suis déjà tombé sur des trous du cul avec un balais profondément enfoncés dans le derrière avec un humour aussi rigide qu'un lampadaire. Ce genre de personne me font vraiment flippé, cela cache forcément quelque chose dans leur jardin secret. C'est d'un triste de ne pas s'ouvrir, heureusement cela ne semblait pas être le cas de la jeune femme qui me secondait aujourd'hui.

Bizarrement elle me donnait le sourire, même si ce n'est pas compliqué, il n'est pas non plus donné à tout le monde d'être aussi sociable. Surtout en tant que nouveaux à Raccoon City, dans une autre ville ça aurait été pareil de toute façon. Alors voilà qu'elle en disait plus sur elle, ou sur ses intentions. Elle cherchait donc son frère, Chris. Chris Redfield du coup ? Les forces spéciales des STARS ? Eux je les connaissais en revanche, mais son frère... aucune idée. Après je connaissais l'état d'esprit des gens des forces spéciales.

« Alors le commissariat est un peu plus loin. Je pourrais toujours t'y accompagner mais tu ne devrais pas trop t'inquiéter. Les Forces Spéciales sont surchargées, attends encore un peu, il s'est pas évaporé, j'en suis sûr. »

Autant jouer sur la carte de la confiance après tout. Je me raclai naturellement la gorge après mes propos, d'un signe de la tête je l'invitai à se joindre à moi. D'un emboitement de pas, je nous dirigeai vers la sortie. Était-ce une bonne idée dans la mesure où elle venait tout juste d'entrer ? Ma foi, ce qui est fait n'est plus à faire, et puis parler pouvait toujours plus faire avancer les choses que de partir chacun de son côté. Et puis faire connaissance pouvait être perçu comme... comme rien en fait.

C'était juste dans ma façon d'être de vouloir faire connaissance, et puis elle dégageait quelque chose, autre que sa beauté. Un côté un peu garçon manqué très séduisant, plaisant, enivrant. Une fois à la sortie du centre commercial, je retroussais les manches de ma chemise qui était surplombée par ma veste en jean. Mes tatouages s'aérant via la légère brise qui voyageait. Cherchant dans ma veste mon paquet de cigarettes, voilà que je reculais légèrement pour ne pas importuner Claire, respectant ses poumons. De toute façon...

« Je suis en train d'arrêter. » Un léger sourire ponctuant cette phrase. Je finis par glisser une cigarette entre mes lèvres pour ensuite tâter chacune de mes poches pour retrouver mon briquet, nettement moins classe que le sien... Un très basique. Allumant le foyer, la première bouffée s'extirpa d'entre mes narines. « Alors Claire, tu viens d'où ? Tu fais quoi dans la vie ? Détective privée ? Stalkeuse familiale ? »







Dernière édition par Joshua Lawrence le Lun 17 Avr - 17:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire Redfield
Redfield Family • Just get Smile

avatar

Messages : 16

[INFO BOX]
langue(s): Anglais [US]
inventaire:
spécialisation: Aucune

MessageSujet: Re: There are days when... • Ft. Joshua A. Lawrence   Lun 17 Avr - 12:45

There are days when...
Featuring Joshua A. Lawrence
S'était bien mignon de dire ça, il y avait quelque chose de rassurant là dedans, mais Claire s'inquiétait réellement pour son frère. Cet idiot ne lui avait pas donner de nouvelles depuis un petit moment, et elle avait lu pas mal de choses bizarres dans le journal en arrivant. La jeune femme se demandait quand même ce qu'il se passait et toute ces choses qu'elle avait lue lui semblait si étrange. Il y avait un truc qui clochait non ?

Peut-être qu'elle se posait trop de questions inutilement, et qu'elle s'inquiétait bien trop pour son aîné. S'était un grand garçon, il savait se débrouillé, hein ? Claire se contentait de hocher la tête doucement.

« Tu as s'en doute raison. Merci. »

Redfield esquissa un léger sourire sur son visage, avant qu'il finisse par lui faire signe  de le suivre. Hu ? Elle le regardera faire quelques pas avant de finir par le suivre, pressant le pas afin de le rattraper. Il avait pas l'air méchant, bien au contraire même, il était très gentil. Mais à quel moment, Claire pouvait-elle dire qu'une personne est mauvaise ? L'étudiante voyait le bien en chaque personne. Peut-être que ça pouvait lui attirée des ennuies ? Mais non, jamais ça lui viendrait à l'idée. Claire lui jettera plusieurs coups d'oeil alors qu'elle se mit à sourire doucement. Et en plus d'être gentil, il était plutôt mignon, il fallait bien se l'avoué.

Elle suivra le jeune homme sans trop se poser de question, alors qu'ils finirent par sortir. On pouvait dire qu'ils avaient de la chance avec le temps. Il faisait plutôt bon et s'était pas plus mal. De toute façon, le froid... C'était emmerdant. La jeune femme le regardera allumé une cigarette, avant de rire doucement, secouant la tête légèrement.

« Ne t'en fais pas, je suis habituée. Mon frère fume aussi. Alors ça me dérange pas plus que ça. »

Claire sourit doucement, avant de croisée les bras sous sa poitrine. Et en plus ce cher monsieur était super chou à s'écarter pour pas dérangé la jeune femme avec la fumée de cigarette. Mais comme elle l'avait dit, ça ne la dérangeait pas. Chris fumait aussi, et elle avait finit par être habituée au bout d'un moment. Même si elle n'aimait pas ça, il fallait bien l'avoué.

La jeune femme a la chevelure rousse, posera ces yeux sur Joshua avant de sourire face à son interrogation. Stalkeuse familiale hein ? Ouais, pas mal du tout. Elle laissa échappée un rire d'entre ces lèvres, avant de s'appuyer contre le mur.

« Je suis étudiante en droit à l'université. Mais il m'arrive de Stalker, juste pour m'assurée qu'on fait pas de bêtises. »

Claire ne put s'empêcher de sourire, en le regardant.

« Et toi ? A part être un chevalier qui va à la rescousse des demoiselles en détresse, tu fais quoi? Hmm? »

Chevalier hein ? Il lui manquerait plus que l'armure et le cheval blanc et il serait au complet. La jeune femme le trouvait réellement amusant, il avait un humour bien à lui et s'était particulièrement plaisant. Depuis son arrivé, certains avaient pas été très sympathique avec elle et sa en devenait chiant, elle qui se montrait si sociable avec tout le monde.


Here for a reason »
So don't give up Don't lay down Just hold on Don't quite now Every breath that you take has meaning You are Here for a reason

Claire parle en steelblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joshua Lawrence

avatar

Messages : 79

[INFO BOX]
langue(s): Anglais [US] ; Espagnol ; Français.
inventaire:
spécialisation: Aucune

MessageSujet: Re: There are days when... • Ft. Joshua A. Lawrence   Mar 2 Mai - 23:29

♪ « Ain't no Grave 
Ft. Claire Redfield
Il est vrai que ma curiosité avait été piquée au vif, pour une raison que j’ignore. Il était agréable de trouver une compagnie aussi loquace après une journée de travail où tout nous semble presque faux. Heureusement je ne suis pas égoïste et c’était pour le bien de Kristen que je me trouvais dans cette ville.

Je n’idéalisais pas du tout le fait qu’elle appartienne à Umbrella Corporation. A vrai dire, je m’en foutais même royalement. Ce n’était pas dans mes intérêts de prôner les idéaux d’une firme, je n’ai jamais été très administratif et encore moins visionnaire. Je ne comprenais pas cette arrogance venant des compagnies à vouloir tout mettre sous leur contrôle. Il n’y avait que le vice, le profit, la volonté de se nourrir du peu d’espoir qui nourrissait les gens.

Je suis sûr que cela peut être pire dans vingt ans. Un bref soupire s’extirpa silencieusement d’entre mes lèvres entre deux inspirations pour ensuite recracher la fumée dans un nuage opaque. Prenant soin de garder mes distances avec la fumeuse passive, je voulais lui éviter cela le plus possible. Inspirant avec ma narine, une partie de la fumée s’y insérait pour que je la recrache aussitôt. En même temps dans un travail où le principe est de végéter sur quelques mètres, bien sûr que cela force à s’occuper comme on peut.

Putain, si je disais ça à Kristen, elle serait d’accord avec son inconscient pour dire qu’il s’agisse de l’excuse la plus merdique de l’univers. Je tâcherai de ne pas sortir cela verbalement, au moins pour que ma répartie légendaire reste intègre. D’un signe de la main compréhensif je répondais à son remerciement. Après tout nous ne vivons tout de même pas dans un monde où les disparitions sont.. bref.

Il était normal de s’inquiéter, mais depuis la Thaïlande je me suis refusé de faire de tout soupçon une affaire d’État alors je préférais jouer la carte de la sûreté. Fumer non plus ne semblait pas être un problème pour elle, tant mieux même si en termes de respect je ne devrais même pas continuer à fumer. Une dernière inspiration et voilà que j’écrasais la cigarette dans le cendrier juste à côté de nous. Ça peut être perçu comme du gâchis mais bon… Mes poumons me remercieront plus tard. J’avais pas d’occasions précises pour lesquelles je devais arrêter mais bon, au moins.

« Le droit ? C’est du sérieux ça ! Ce job de stalkeuse, c’est une autre histoire ça. Une soeur poule ? Une amie sur-protectrice ? On te qualifie comment ? »

Un sourire accompagne cette tirade, légèrement taquin en tirant la corde de l’ironie pour caresser la situation dans le sens du poil. Mes mains plongent dans les poches de mon jeans. Remuant les épaules pour les faire légèrement craquer il est vrai qu’elle m’avait demandé ce que je faisais. Je préférais de loin mon occupation de chevalier servant, parce que mon métier n’était pas des plus réjouissants. On peut dire que je suis tombé bien bas en termes d’action, je méritais sans doute plus à rester dans l’armée mais ce n’est plus un projet réalisable.

Je ne sais pas si j’en ai réellement le courage mais je préférais montrer une certaine assurance et aucun regret quant à ma décision. Sinon, qui côtoierait le Joshua rongé par les remords et la tristesse ? Plus personne. Je préfère me protéger et offrir quelque chose de mieux à mes interlocuteurs, même si cela implique de me ridiculiser. C’est ça, je n’ai qu’à ironiser sur ma situation, ça passe toujours mieux.

« J’aimerai vraiment être un chevalier servant, parce qu’être agent de sécurité dans ce centre commercial c’est aussi… excitant que d’éclater la tête de ton pire ennemi à coup de batte de baseball ! »

J’ai vraiment eu le sentiment d’en faire trop à ce moment mais est ce que je devais m’inquiéter pour autant ? Je veux dire, peut-être qu’elle appréciait le too much et dans ce cas je n’avais pas à m’inquiéter. Je suis comme ça et puis c’est tout, on aura bien pitié de moi. Un jour.

« J’étais dans l’armée avant, mais je l’ai quitté et j’me suis installé ici avec ma meilleure pote. Nouvelle vie, nouveau job. Tu parles ! J’suis plus doué en tant que tatoueur ! »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire Redfield
Redfield Family • Just get Smile

avatar

Messages : 16

[INFO BOX]
langue(s): Anglais [US]
inventaire:
spécialisation: Aucune

MessageSujet: Re: There are days when... • Ft. Joshua A. Lawrence   Mar 9 Mai - 13:08

[quote="Claire Redfield"]
There are days when...
Featuring Joshua A. Lawrence
Claire esquissa un mince sourire sur son visage. C'est vrai que le droit n'était pas n'importe quoi, quand bien même elle ne savait pas vraiment dans quoi s'orienté exactement dans ces études. Il y avait tellement de possibilités et puis, tant qu'elle pouvait aider les gens, s'était le plus important, non ? De toute façon, elle avait largement le temps de réfléchir à ce détail. La jeune femme croisera les bras derrière son dos, alors qu'elle s'amusait à marcher sur le rebord du trottoirs. On l'a qualifiait comment ? Hmm... Protectrice, il y avait aucune doute la dessus, bien que certains disait qu'elle était assez rebelle. Elle sourit de nouveau, alors qu'elle posa les yeux sur Joshua.

« Protectrice, c'est le mot. Mais mon frère est bien pire que moi à ce niveau là. »

La jeune femme a la chevelure auburn sourit de nouveau. C'est vrai que Chris avait tendance à vouloir la sur-protéger et ce depuis bien longtemps. D'un côté, s'était lui qui l'avait élevée après la disparition tragique de leur parents. Et elle pouvait être bien contente que son aîné était présent pour elle après tout cela. Et puis cet idiot à fait l'armée, à finit par arrivé chez les STARS et avec le temps, il donnait un peu moins de nouvelle jusqu'à aujourd'hui ou elle en avait plus du tout. Ce qu'elle trouvait plutôt louche, connaissant son frère par coeur.

Redfield observera Joshua du coin de l'oeil quand il finit par dire que son travail d'agent de sécurité n'était pas si excitant que ça à son goût. Il en faisait un peu trop sur le moment, mais Claire trouvait cela plutôt amusant, il fallait bien l'avoué. Elle ne put s'empêcher de laisser échapper un léger rire d'entre ces lèvres alors qu'il poursuivit. S'était un ancien militaire de ce qu'il lui disait et il préférait faire des tatouages.

Claire croisera les bras sur sa poitrine alors qu'elle penchera légèrement la tête sur le côté. Pourquoi se forçait-il a faire quelque chose qu'il n'aimait pas, bon sang ? D'un côté, elle ne pouvait pas non plus savoir réellement, Claire ne le connaissait pas et s'était bien la première fois qu'elle voyait. Mais elle pouvait comprendre que de passé de l'armée à agent de sécurité s'était moins excitant. Il n'y avait pas cet adrénaline qu'on pouvait ressentir sur le terrain. Son frère lui même n'avait pas supporter de simple petit boulot quand il avait plus fait partit de l'armée.

« Pourquoi te forcer à faire quelque chose que tu n'aimes pas si tu peux faire autre chose ? Enfin... Ce que je veux dire, c'est que tu as pas l'air de t'épanouir en tant que gardien de sécurité. Pourquoi tu deviens pas Tatoueur si tu aimes ça? »

Mademoiselle Redfield disait toujours ce qu'elle pensait, elle était bien trop franche au goût de certains et peut-être que Joshua n'apprécierait pas qu'elle le soit également avec lui alors qu'ils ne se connaissaient pas.


Here for a reason »
So don't give up Don't lay down Just hold on Don't quite now Every breath that you take has meaning You are Here for a reason

Claire parle en steelblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joshua Lawrence

avatar

Messages : 79

[INFO BOX]
langue(s): Anglais [US] ; Espagnol ; Français.
inventaire:
spécialisation: Aucune

MessageSujet: Re: There are days when... • Ft. Joshua A. Lawrence   Sam 20 Mai - 0:38

♪ « Ain't no Grave 
Ft. Claire Redfield
Il est vrai que je n’ai jamais pu bénéficier de la présence d’un grand frère ou d’une soeur, quel que soit leur âge d’ailleurs. Est-ce qu’un frère était toujours présent ? Il sait quand quelqu’un n’est pas assez bien pour nous ? Je n’arrivais pas à ressentir l’amour inconditionnel et fraternel. Il devait y avoir quelque chose qui forçait l’admiration lorsque nous sommes cadets, quelque chose qui nous fait devenir le premier fan de notre ainé.

A rester la bouche entrouverte avec un sourire des plus perforants. Paralyser par l’admiration. C’était un sentiment que j’aurai bien voulu découvrir. Bien entendu Kristen existait, mais par lien biologique je n’avais personne. Kristen avait toujours eu une place importante dans ma vie à tel point que je n’ai jamais eu à envier quiconque. Mais je crois que depuis que nous gagnons en maturité, que nous sommes devenus des adultes… il y a cette distance qui se créer.

Un sentiment de regret pouvait être cerné sur mon visage, réalisant que nos paroles de bon enfants n’auraient aucuns impact. Là où nous disions que jamais on se séparerait, finalement la vie faisait naturellement les choses. Et le pire c’est qu’on s’en rend compte que trop tard. L’idée de rester auprès d’elle vient dans une première intention de veiller sur elle, de l’aider, mais aussi pour ne pas la perdre. Après tout, elle était la seule famille qui me restait.

Mon père ne donnait plus de nouvelles, le travail, je ne peux pas lui en vouloir mais j’ai le sentiment que ces derniers temps Tyrell a été ce qui se rapproche le plus d’un père pour moi. Sûrement parce qu’il m’a sauvé la vie, je n’en sais rien… Ces notions de famille, je pouvais avoir beaucoup de mal ou du moins pour ce qui est des relations fraternelles. On ne s’y fait sans doute jamais, c’est ça le problème. Mais je dois apprendre à encaisser ce genre de vide, de coups dans le vent. Et prendre exemple sur les autres était une bonne idée, voir comment ils vivaient cela, s’imprégner.

Claire Redfield était toute désignée, et puis elle avait quelque chose qui forçait l’admiration. Cela ne s’explique pas simplement. « Bien pire ?! Quelle mince affaire, je prie pour toi dans ce cas ! » Un léger ricanement ponctue mes propos. Après tout, il doit être agréable et chiant à la fois d’avoir une ombre sans cesse derrière soit. C4est toujours rassurant quand une situation critique a lieu, mais autrement il n’y a pas de lieu d’être aussi envahissant. Je pense.

Pour ce qui était des activités que je pratiquais et en particulier le tatouage il est vrai que je pensais avoir plus ma place dans ce milieu plutôt que dans celui de la sécurité, du moins… cette sécurité. Pas de cause à défendre, plus un rôle de surveillant dans un collège d’adultes.. Le truc le moins fun ou le plus fatiguant dans la mesure où il n’est pas question que je fasse la même chose toute la journée, mais que je ne fais rien du tout de la journée ! Être étudiant, ça devait avoir la belle vie même si je pense que le droit était assommant, dans mes souvenirs ça l’a toujours été de toute façon.

« Oh j’aimerai réellement vivre de ce talent, le problème c’est qu’agent de sécurité… bah ça rapporte plus d’argent. » J’insistai sur la situation financière différente des deux métiers totalement différents. Et puis je n’aimais pas l’appellation de gardien, ça faisait vraiment concierge lambda. J’avais un minimum d’estime de moi.

« Et puis bon personne, ne viens me faire chier avec mon activité au black… Les gens comprennent enfin qu’il y a des problèmes plus importants à régler dans le monde. »

Un léger ricanement appuie mes propos. Il est vrai que je n’ai toujours eu aucun problème à ce jour et ce n’est pas plus mal. Je ne voulais pas spécialement avoir affaire à la justice. En tout cas discuter était chose passionnante en ce temps de calme où souffler était presque primordial, s’accorder un temps de repos en bonne compagnie.

« Et toi, tu comptes faire quoi de ta vie ?  T’as des passions ? Des ambitions, mis à part parcourir monts et marais pour retrouver ton grand frère. »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire Redfield
Redfield Family • Just get Smile

avatar

Messages : 16

[INFO BOX]
langue(s): Anglais [US]
inventaire:
spécialisation: Aucune

MessageSujet: Re: There are days when... • Ft. Joshua A. Lawrence   Jeu 25 Mai - 16:45

There are days when...
Featuring Joshua A. Lawrence
Ha oui... Le sujet de l'argent. C'est que sa devenait ce qu'il y avait de plus important par moment. Claire ne pouvaiiit que comprendre, elle-même avait un peu de mal avec le fait que son frère payait ces études et tout le reste. Alors, elle avait finit par très vite finir par faire des petits boulots par-çi par là pour pouvoir profiter de son propre argent. Le temps de ces études. Mais ça ne payait pas grand chose et l'argent partait très vite, entre les réparation de sa moto, l'essence, la bouffe. Le peu de shopping qu'elle faisait. C'est que tout ce bordel partait plutôt rapidement.

La jeune femme a la chevelure auburn hocha doucement la tête, avant de croiser les bras derrière son dos, s'amusant un peu à continuer de marcher sur le rebord du trottoir en l'observant du coin de l'oeil, attentive à ce qu'il lui disait.

« Ha... L'argent. Comment je te comprend. Même en temps qu'étudiante je galère un peu. Alors, je peux m'estimée heureuse d'avoir Chris derrière. »

La jeune Redfield esquissa un mince sourire sur son visage en y pensant. Heureusement qu'elle l'avait encore, comment aurait-elle fait par la suite si cet idiot de grand frère n'était plus là ? Claire posera son regard sur Joshua, il vivait pas vraiment de sa passion mais visiblement, il avait trouver un moyen pour le faire quand même. Au black. C'est que ce monsieur prenait des risques, si la police le choppait, il serait dans de beau drap. Un léger soupire, elle secoua la tête doucement, croisant ces bras sous sa poitrine en le fixant du regard.

« Fait tout de même attention avec tes activités, se serait idiot d'avoir des ennuis avec la justice. »

Et elle trouverait ça tellement dommage, après tout, il avait l'air si gentil a première vue. Claire ne voyait rien de malsain qui émanait de cet homme, bien au contraire même et comme à son habitude, elle voyait le bien partout et ne se méfiait pas vraiment de ce qui l'entourait. Le visage de la jeune femme finira tout de même par s'illuminé rapidement quand il lui parla de passion. Elle en avait qu'une et il l'accompagnait partout. Redfield sourit alors de plus belle, avant de l'attraper par le bras et de le tirer pour le forcer à l'accompagné vers les véhicules sur le parking.

« J'ai qu'une seule passion dans la vie... La moto! »

Dit-elle en pointant du doigt sa sublime moto en souriant encore plus, avant de poser les yeux sur ce bolide. Rha. Elle l'adorait, s'était sa moto, son acquisition, personne ne l'avait aider à l'avoir celui-là. Toutes ces économies y était rapidement passé. La jeune femme a la chevelure auburn sourit doucement, avant de passé une sur sa nuque, penchant légèrement la tête sur le côté en observant Joshua du coin de l'oeil.

« Bon après, j'ai envie de finir mes études. Et je pense après faire un petit tour des États-Unis à moto. J'en sais trop rien exactement. Il faudrait déjà que je réussisse mes examens et j'ai encore rien révisée à cause de cet idiot de frère. »

Quel idée de ne pas donné de nouvelles et d’inquiéter sa petite soeur ?! Surtout qu'il aurait du savoir qu'elle aurait finit par débarqué à un moment donner. Dès qu'elle met la main sur lui, elle se jura de lui tirer les oreilles. Tch. Il le mériterait bien.


Here for a reason »
So don't give up Don't lay down Just hold on Don't quite now Every breath that you take has meaning You are Here for a reason

Claire parle en steelblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joshua Lawrence

avatar

Messages : 79

[INFO BOX]
langue(s): Anglais [US] ; Espagnol ; Français.
inventaire:
spécialisation: Aucune

MessageSujet: Re: There are days when... • Ft. Joshua A. Lawrence   Jeu 8 Juin - 16:07

♪ « Ain't no Grave 
Ft. Claire Redfield
C’est vrai que si j’avais eu la possibilité de m’éclipser de ce travail pour travailler dans quelque chose où je pouvais exprimer mon talent artistique je n’aurai pas dis non. Mais la société en décide autrement, il faut faire quelque chose de réellement alimentaire pour pouvoir vivre sans qu’on vienne nous rappeler qu’il y a des impots, des loyers à payer etc… Je me passerai bien de ce genre de remontrance, alors je fais comme la société le souhaite tout en pratiquant mon activité à côté. Comme ça, personne viendra m’emmerder. L’existence des pauses me permettait de crayonné quelques idées de tatouage mais ça s’arrêtait là.

Et puis il y avait toujours de courtes conversations avec les habitués du centre commercial, et les communications par oreillettes avec les collègues. Je m’occupais comme je pouvais après tout. La sécurité j’en faisais un meilleur usage quand j’étais dans l’armée et les forces spéciales. Je me leurre sûrement en me croyant utile ici, la vie se poursuit, et je me tente de me plaire dans ce petit confort. Je n’avais pas besoin de plus à vrai dire. Les sorties, le travail, les amis, dormir, et ainsi de suite. J’essayais justement de trouver un juste milieu afin d’apprécier mes journées.

Mais à force, avec le temps, il m’était compliqué de rendre chaque jour unique. Il me manquait quelque chose, sans doute les sensations fortes. « Ah un grand frère, ça doit sauver la vie ça je suppose… » Loin de moi l’idée de la jalouser,  je n’avais pas à faire ça. Nous ne nous connaissions à peine. Si je mettais à en vouloir aux personnes qui avaient quelque chose en plus, je finirai par n’avoir plus aucune estime de moi. Et puis cette Claire avait quelque chose qui forçait l’admiration, sans doute le fait qu’elle m’ait annoncé qu’elle pratiquait de la moto.

C’est une fille à marier, très clairement ! Si l’occasion se manifeste j’espère que nous aurons l’occasion d’en parler à fond. Pour l’heure, cette idée de road-trip avait aiguisé mon intérêt. C’était intéressant ce genre de projet après les études avant de s’investir dans une vie pleine de responsabilité inutile.  « Tu as vraiment raison de faire ça, on perd trop de temps à faire ce que les autres veulent qu’on fasse… C’est anglais ce que j’ai dis pas vrai… ? » Un léger rire s’échappa d’entre mes lèvres. Ma précipitation naturelle était telle que j’avais tendance à m’emmêler les pinceaux.

« Tu as l’air brillante tu devrais pas avoir à t’en faire de toute façon, tu peux déjà visualiser ce road-trip en moto, voir l’organiser ! »

Une touche d’optimiste ne pouvait clairement pas faire de mal. Et puis en général j’ai de très bonnes intuitions. Je préférais me fier à cela de toute façon. Et puis je me suis rappeler de l’objectif principal de Claire, de la raison pour laquelle elle était venue. Et puis j’avais rendez-vous avec Kristen. Alors je me suis raclé la gorge.

« So, Redfield. Le commissariat est à l’angle de la rue par laquelle tu es arrivée pour venir au centre commercial. Tu le louperas pas, j’suis sûr que t’es hyper observatrice. Il faudra absolument que tu repasses ici pour qu’on cause moto, je suis sûr qu’on va très bien s’entendre ! Moi j’dois y aller, mais je suis sûr qu’on se reverra très vite.  »

Mes propos ponctués par une marche qui montrait que j’y allais. D’un signe de la main, et d’un sourire, je m’éclipsais petit à petit. Quelle fraicheur cette Claire.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: There are days when... • Ft. Joshua A. Lawrence   

Revenir en haut Aller en bas
 
There are days when... • Ft. Joshua A. Lawrence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 06. Sunday, Monday, Happy Days. || with Chris Lorentz
» Jeffrey Joshua Marshall est arrivé. Décollage immédiat !
» Well it´s been days now And you change your mind again ... feat Amber Helheim
» Dog Days sous-titré en français
» dark days are coming ♌ SAGISIUS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Resident Evil Genesis :: Zone de RP :: Raccoon City :: Zone d'habitation :: Centre commercial-
Sauter vers: